Les Avis d'Amaranthe

Sommaire

Les Lectures d'Amaranthe

Les Visionnages d'Amaranthe

Full Metal Anarchist

Découverte de musique, essentiellement métal, punk, darksynth et assimilé. Donne parfois un avis construit, mais c'est assez rare.

Les Lectures d'Amaranthe

Le Dernier Restaurant avant la Fin du Monde

Deuxième opus de la célèbre trilogie en cinq volume de Douglas Adams, le Guide du Routard (ou Voyageur) Galactique. Les noms ont été changés malheureusement par rapport à la première traduction du premier opus, enlevant pas mal de jeux de mots qui me faisait bien rire (le personnage Salhu-Légat Vogon Styr ➡️ salut les gars, faut qu'on s'tire ou la planète Mégrathmoilà qui orbite autour des étoiles jumelles Soulépav et Laplaj ➡️ sous les pavés, la plage). Néanmoins le tout reste d'une absurde drôlerie et la série reste à ce jour la seule qui m'ait fait rire (pas souffler du nez, vraiment rire) en lisant un livre. Je le recommanderais à n'importe qui qui aurait envie de rire un bon coup et de passer un bon moment, de même pour le premier volume.

Avertissement de contenu : comme pour le premier, mort et un peu violence mais tout est traité de façon assez comique et sans drame.

Le 5 Brumaire 229.

Bonheur

En un mot : ne lisez pas ça. Ou alors si vraiment c'est un univers qui vous donne envie, ne l'achetez pas, donnez pas de thune à ce mec sérieusement. Le livre transpire la transphobie et l'homophobie.

C'est dommage parce que l'univers est très intéressant, vraiment. C'est une dystopie ultra-libérale où tout à été assujettit au marché : prisons, polices, sponsors de vie (dont la marque remplace votre nom), guerres de gangs, guerres tout court aussi, personnes, etc. De même, les progrès techniques sont tels que on y croise autant des cyborgs que des furries, des moreaus (des animaux évolués un peu à la manière de la planètes des singes), des transhumains, et autres.

C'est très cool comme univers, mais l'histoire n'a pas de fin. Juste, ça ne se termine pas, ni l'enquête, ni les personnages, rien. C'est sensé être une trilogie, mais une trilogie non connectée, qui peut se lire dans n'importe quel ordre. Hors, là, j'ai pas un bouquin complet, que ça soit seul ou dans un cycle. Sans parler de la structure de certains passages, notamment des dialogues qui sont à la ramasse, même si ça semble être fait plus ou moins exprès. Sans parler le fait que lorsqu'un netrunner parle, on voit bien que l'auteur n'a pas la moindre idée de ce dont il parle et balance des mots au hasard en espérant faire mouche pour donner un personnage qui semble être un expert informatique (spoiler, ça ne fonctionne pas du tout, pas un instant).

Avertissement de contenu : citation transphobe et homophobe, violence et viol (Cliquez pour ouvrir)

De plus, la transphobie qui transpire de partout, de tous les personnages qui en parle comme du narrateur lui-même, même lorsque c'est de manière détournée (par exemple, une personne qui se sent et s'identifie comme une personne de 30 ans, c'est pas détonant dans l'univers mais on comprends clairement qu'il parle en réalité des personnes transgenres de notre univers à nous).

De même une bonne dose de pan/biphobie sur la fin : on a un seul et unique personnage pan dans de roman (et un gay mais il n'est présent que deux paragraphes sur 370 pages et c'est pour faire une blague sur la sodomie et la bite). Ce personnage pan est une femme, parce que c'est moins choquant qu'un mec pan bien sûr (on peut avoir l'impression que je fais un procès d'intention. c'est le cas, mais avec tout ce qu'il y a autour je ne peux pas faire autrement.) Bref, ce personnage baise avec TOUT LE MONDE. Elle a demandé à tous les autres perso avec lesquels elle a parlé en moins de quatre lignes à chaque fois, elle a même une liste d'attente dans le commissariat où elle travaille. Ça donne lieu à une petite séance d'essentialisation sur la bite aussi, ça fait toujours plaisir et c'est gratuit. En dehors de ces deux personnages, tous ceux qui ont une sexualité sont hétéros. J'ai pas compté mais ont en a quand même plus d'une quinzaine je pense.

Ensuite, on a le « philosophe » qui est sensé porter un coup à cette société dégénérée qui dit texto « j'aimerais parler aux Hommes. mais il n'y en a plus, il n'y a plus que des transgenres, des transhumains, des furry[…] ». Ici donc les personnes transgenres ne sont juste pas humaines. Et ça vient d'un personnage qui va contre la dystopie, d'autant plus un philosophe et une IA des plus sophistiquées, donc un personnage qui est présenté de manière on ne peut plus positive, un genre de messie. Ce n'est pas le seul passage problématique sur les trans mais c'est l'exemple le plus éloquent.

En dehors de ça, je n'ai pas la moindre empathie pour aucun des personnages présentés, en particulier pour le personnage principal qui viole et bat sa femme (qui est un robot en réalité, mais il prend plaisir à faire ça.) Et c'est très difficile de suivre un personnage qui est juste un connard, qui n'a aucune forme de but, de morale, ni même d'empathie. Pourtant j'aime beaucoup suivre des méchants, des super-vilains, et autres, mais il faut que j'ai un minimum de sympathie pour eux, qu'ils aient un but, des sentiments ou un passé qui explique ce qu'ils sont devenus. Là non, c'est juste un connard fini parce que c'est comme ça, c'est la société.

En résumé, ce livre est une merde sans nom. Et c'est pas les seuls problèmes, je parle pas de l'espèce de voyeurisme sur les scènes de violence ou de viol. Si vous aimez cet univers, piratez le bouquin et reprenez l'univers à votre sauce. Et surtout, n'oubliez pas de chier sur l'auteur et sur la merde qu'il a écrit, parce que ça ne vaut pas plus que ça.

Le 8 Ventôse 228.

De l'usage des herbes, poudres et encens en magie - D'Estissac

Ouais bon clairement si vous lisez pas « de l'usage des herbes, poudres et encens en magie » de d'estissac, vous perdez rien. Y a rien de dangereux dans les pratiques et rituels présentés de ce que j'ai vu, mais c'est très très chrétien (avec une référence à Dieu tous les trois paragraphes, sans exagérer), c'est très porté sur le sexe biologique (dans le sens du genre, pas des relations sexuelles) et la famille, et c'est très hétéro également. Pour le sexe et l'hétérocentrisme c'est assez classique en fait, on retrouve ça (au stade obsessionnel) dans la Wicca.

Les tableaux de correspondances sont une des seules choses qui peuvent être utiles selon moi. Les rituels aussi mais (outre leur aspect chrétien qui ne conviendra pas à grand monde) ils sont assez basiques, le genre de rituels qu'on trouve rapidement en tapant « rituel purification bain » sur un moteur de recherche quelconque par exemple. [Note : je ne dit pas que faire des rituels simples est moins efficace ou moins bien que faire des rituels complexes, je dis juste que les rituels présentés étant très facilement trouvable ailleurs, il est totalement inutile de dépenser de l'argent dans ce livre pour les obtenir.]

Autre chose assez importante selon moi, vu que l'auteur fait un forcing assez important sur le fait que cette pratique est la seule qui soit réellement efficace, que c'est une science etc. : il n'y a aucune bonne façon de faire de la magie en dehors de celle qui vous convient personnellement, la magie n'est pas une science, il n'y a ni vrai ni faux. Suivez votre instinct et, surtout dans le cas où vous suivez les instructions d'autres personnes, cherchez à comprendre pourquoi telle chose est faite comme ça (par exemple, pourquoi utiliser de la menthe dans la purification ? de par son odeur et son utilisation pour repousser certaines espèces considérées comme nuisibles). Voilà, il n'y a pas de bonne façon de faire, juste plein de façons de faire différentes et, dans le tas, celle(s) qui vous correspond(ent).

Le 18 Pluviôse 228.

Dans la dèche au Royaume Enchanté - Cory Doctorow

(Ce livre de Cory Doctorow : Down and out in the magic kingdom, dispo en téléchargement libre sur le site de l'auteur comme tout ses autres livres.)

Honnêtement, il est génial. On est plongé dans un monde où le remède à la mort à été trouvé à base de clone et de sauvegarde, basiquement le pire qu'il puisse t'arriver c'est de perdre la mémoire depuis ta dernière sauvegarde. Il n'y a plus de pénurie d'aucune sorte non plus, tout le monde peut être logé, avoir à manger et à boire, se divertir, etc. ce sont en somme des droits inaliénables. Il reste en revanche un vestige de l'argent (qui a disparu en tant que tel, l'absence de pénurie lui enlevant tout intérêt), le wuffie qui est une sorte de système de réputation permettant aux personnes ayant plus de wuffie d'avoir plus de privilège (voiture, appartement plus grand, etc), la société étant dans une méritocratie.

L'histoire en elle même suit Julius — un homme qui était là avant toute les révolutions citées précédemment et qui les a vécu — et se déroule principalement dans le parc d'attraction Le Royaume Enchanté (équivalent de Disney World) de la société Bitchun (équivalent de Disney, c'est elle qui a apporté tous les chamboulements précités et elle est dominante sur l'ensemble du globe). Je n'en dirais pas plus parce que ça deviendrait du spoil, mais vraiment, si vous pouvez, lisez ce livre.

Avertissement de contenu : mort [mais bon, dans ce monde ça a pas d'incidence], sexe [rien de vraiment explicite de souvenir]

Le 14 Nivôse 228.

Killing Joke

Alors, c'est assez cool mais y a pas vraiment de scénario en fait, c'est juste : le joker est méchant, il essaie de rendre « fou » un mec et il y arrive pas. Avec un peu de flashback du Joker et une blague nulle à la fin. Très beau dessin par contre, j'adore le travail sur le visage des perso, particulièrement sur le Joker.

Bon c'est psychophobe as fuck, mais en même temps avec un personnage pareil on peut pas vraiment s'attendre à autre chose.

Donc franchement, ça mérite pas tout le bordel que font les fans autour, c'est juste sympa sans plus. Si vous le lisez, y a des meurtres, des trucs glauques, de la psychophobie, du validisme (je suis pas sûr·e, mais y a tout un délire autour des « freaks » donc moyen cool).

Le 30 Frimaire 228.

Zombillenium : Tome 1 à 4

J'ai donc terminé le dernier tome (4) sorti à ce jour de la série Zombillenium de Arthur de Pins. Et bah c'est toujours aussi cool franchement, avec une bonne touche anti-cap et nihiliste je trouve (pas de spoil donc je peux développer mais c'est mon ressentit sur le dénouement). Seul point négatif : on ne sait pas quand le prochain tome sortira. Non parce que premier tome en 2010, puis 2011 et 2013 pour les deuxième et troisième, ok. Et ensuite le quatrième en 2018 et pour le moment on a pas d'info sur la suite…

J'ai pas encore vu le film mais ça ne saurait tarder. Un peu d'appréhension vu l'affiche très colorée et… joyeuse ? qui contraste pas mal avec l'ambiance de la BD autant qu'avec ses couvertures. La BD est drôle, hein, mais pas comme ce qu'annonce l'affiche du film à mes yeux.

Bref on verra bien. En tout cas je vous recommande Zombillenium.

Attention, ça parle de mort, de monstre, de sang et, pire que tout, de capitalisme

Le 18 Thermidor 227.

Spice and Wolf : Tome 1

Tome 1 de Spice and Wolf terminé. C'pas ouf franchement, les dialogues sont lourds, ont pas toujours de sens. Puis bon la personnalité de Holo est quand même bien chelou, elle est même pas mal énervante pour moi, avec un coup elle est aguicheuse, un coup elle agit comme une gamine, puis elle est sérieuse, et ainsi de suite. Avec le « je suis la louve sage » toute les cinq pages…

Puis le racolage quoi… C'est un truc sur lequel je passe facilement lorsque l'œuvre m'intéresse un minimum mais là c'est pas le cas. Y en a pas tant que ça comparé à d'autres mangas mais ici ça passe juste pas.

Du coup je recommande pas vraiment, je sais pas encore si je lirai la suite, on verra.

Attention y a de la grosse sexualisation, rien de vraiment affiché cependant. Un peu de misogynie également.

Le 13 Thermidor 227.

Death Note Black Edition : Tome 1

Je viens de terminer le tome un de Death Note Black Edition. Pas de grosse surprise pour ma part, j'ai déjà vu l'anime donc je connais les retournements de situation. Ça se lit assez facilement tout en restant plutôt intelligent, je recommande grandement.

Attention, ça parle de mort, de meurtre et de manipulation assez vénère.

Le 10 Thermidor 227.

Les Visionnages d'Amaranthe

H2G2

Très cool et drôle (moins que le livre cela dit).Le film prends beaucoup de liberté sur pas mal de point, dont certains très important de l'intrigue ou de l'univers, mais rien de dérangeant étant donné l'univers. Au contraire même, ça permet de redécouvrir l'histoire de façon différente, rendant le visionnage assez peu redondant lorsqu'on a lu le livre au final. Le seul (gros) point noir étant le fait d'absolument avoir voulu mettre des histoires d'amour de merde. Sérieux Trillian c'est une meuf qu'à suivit Zaphod mais c'est tout, elle est pas avec lui, elle est pas avec Arthur, elle est avec personne elle s'en branle et c'est très bien. C'est quoi votre problème à vouloir en faire une pauvre meuf qui a besoin d'amour pour vivre, et surtout de l'amour d'un gars qu'elle a connu une semaine en tout hein. Pareil, pourquoi rajouter un autre personnage féminin qui n'est là que pour être amoureuse de Zaphod et remplacer Trillian lorsqu'elle se met avec Arthur ? Il manquerait encore une autre meuf pour Ford et un robot féminin pour Marvin et ça serait complet non ? Bref, c'est une liberté de merde parce qu'elle est très misogyne et ça m'a profondément gavé d'avoir ça ici.

Autre truc qui m'a vraiment dérangé c'est la Terre qui est reconstruite. NON. Juste, non. Si Arthur reste dans l'espace c'est justement parce qu'il n'y a PLUS de Terre sur laquelle il peut repartir, et c'est pas un truc qui change dans les livres suivant. Il se fait une raison mais s'il avait la possibilité d'y retourner il n'hésiterais pas une seule seconde. Et c'est pas une histoire d'amour de merde avec une meuf qu'il a croisé à une soirée qui me fera dire le contraire. La Terre est détruite et c'est tout, c'est simple et ça n'a pas la moindre importance dans la galaxie.

Y a aussi les noms qui sont… nuls. Fini la planète Mégrathmoilà et autre jeu de mots, bienvenu Magrathea parce que nique. J'imagine que y a un jeu de mot (en anglais probablement) ici aussi mais je ne le vois pas et je trouve ça dommage pour être honnête, ça faisait une grande partie du charme du livre selon moi. Mais pour le coup, c'est pareil dans les traductions ultérieures donc bon… même si ce changement est motivé justement par le film.

Bref dans l'ensemble c'est très cool, mais moins que les livres et y a de la misogynie dedans.

Le 2 Brumaire 229.

Silent Hill

Premièrement : j'ai jamais joué aux jeux, donc j'en ai pas grand chose à faire du fait que ça soit proche des jeux ou non. J'ai beaucoup aimé l'ambiance globale, l'esthétique aussi, et le fait qu'il n'y ai pas eu de jumpscare de merde toutes les deux secondes (que je hais ces trucs). Le tout m'a vraiment pris et mis dans une ambiance de malaise permanent et assez viscéral.

Avertissement de contenu : bah c'est un film d'horreur donc déformation grotesque, gore, meurtre, etc.

Le 1 Brumaire 229.

Hotel Transylvania

Basiquement, j'ai bien aimé. MAIS. Y a des trucs que je peux pas laisser passer. Notamment le Zing, le fameux coup de foudre, la ficelle (où plutôt la corde, le câble de remorquage même) scénaristique des personnes qui ne savent/veulent pas écrire une histoire d'amour. Surtout qu'ils savent de toute évidence écrire une vraie relation (la relation Dracula/Johnny) mais aucun effort pour la relation d'amour. J'ai l'impression qu'elle est là juste pour servir de prétexte au fait qu'il ne parte pas et que Dracula change d'avis sur les humains au vu du peu d'énergie qui a été investit dedans (tant dans le début que le développement de la relation). Sinon à part la relation d'amour très forcée et très nulle (niveau zéro scénaristique, et en plus c'est hétéro, sans parler du fait qu'elle a *118 ans et lui un truc genre 21, c'est glauque même si elle a l'air d'en avoir que 14), c'était assez cool. Les gags sont plutôt marrant, les personnages sympa même s'ils sont très beauf (sauf la femme de frankenstein qui est juste pas supportable de cliché sexiste).

Dans l'ensemble donc c'est sympa, mais très cishet gneugneu-le-mariage : tous les monstres principaux ont une femme parce que le mariage hétéro c'est naturel même chez les monstres. C'est assez sexiste aussi du coup : les mecs ont des tronches pas possible mais les meufs sont calibrée pour être jolie, sans caricature comme le visage de Dracula qui est en ratio 1:3 (contrairement à sa femme) ou la momie qui est quasiment une boule de bandelette (contrairement à sa femme).

Ah oui, aussi : les musiques pop avec tout le monde qui chante à la fin ça me sort par tous les orifices. C'était sympa dans Shrek en 2001, 14 ans avant ce film, mais c'est bon on peut arrêter avec ce trope de merde dans tous les films d'animation américains, non ? (en plus je déteste l'autothune.)

Le 28 Vendémiaire 229.

Light of my life

J'ai beaucoup aimé , malgré les tropes du postapo qui je déteste (le grand méchant monde notamment).

Mais le film reste très intéressant et est cool dans sa façon d'aborder le rapport du père et de l'enfant. Pareil sur les questions de sexisme ou de racisme qui sont juste évoquée vite fait mais d'une manière cool de la part du père. Notamment lorsqu'il explique la phrase d'un mec (raciste et sexiste) à la gosse en lui expliquant pourquoi elle est sexiste et raciste et que c'est de la merde.

La tension est bien gérée, les scène de combat sont assez réalistes, ce qui joue beaucoup dans mon implication je pense. Et les persos sont touchant comme tout.

Avertissement de contenu : violence, mort, sexisme et racisme de la part de certains perso.

Le 4 Fructidor 228.

Le Souvenir de Marnie

Ce film est très chou et beau, pas mal lesbien je trouve aussi. Sauf la fin qui me donne l'impression dqavoir un « non mais vous en faites pas, on essaie pas de d'apprendre le lesbiannisme à vos filles hein ».

Le 25 Floréal 229.

En Avant

J'ai beaucoup aimé, après de base j'aime les pixars et les films qui mélangent la fantasy avec d'autres univers (futuriste, contemporain…), comme Bright par exemple.

D'autant qu'on a — outre les personnages principaux — un peu de représentation assez cool, avec la manticore et la mère qui sont quand même bien badass, la flic qui est lesbienne (« ma chérie a des enfants ») sans que ça ne soit même relevé plus que si elle était avec un mec et avait dit « mon chéri » (possible que ça ne soit pas le cas en VO, je l'ai vu en VF).

Bon, y a de l'hétérosexualité quand même avec la mère et tout, mais ça passe franchement.

Le 21 Floréal 228.

Portrait de la jeune fille en feu

Je ne sais pas trop quoi en dire. Je le recommanderais à tout le monde je pense. Il est calme, posé, il prends le temps et ça fait beaucoup de bien pour une fois.

La quasi totalité des rôles sont féminins et les personnages intéressants. Je n'aime pas les films romantiques d'habitude (d'autant que dans ma tête film romantique = romcom), mais celui-ci m'a beaucoup plus.

Avertissement de contenu : nudité.

Le 19 Floréal 228.

Le Garçon et la Bête

J'ai pas grand chose à dire sur ce film si ce n'est : regardez-le. Il est génial, l'histoire est belle, les personnages attachants, le message me touche et y a des furries.

Et puis, c'est beau, l'animation est fluide, les dessin travaillés. Bref, j'aime beacoup et ça me touche.

Le 5 Floréal 228.

Wasabi

Le film commence très très mal avec des « travelots », ça fait toujours plaisir, c'est cadeau. Vu le titre on aurait aussi pu s'attendre à un truc raciste. Mais en fait… si, carrément en fait. Entre la petite musique asiatique qui se lance quand l'avocat appelle pour le testament et les hommes de main qui se battent bien évidemment avec des nunchakus, on est servi. Bref vous voyez l'idée.

Puis bon, le flic ultra mascu, violent, etc. tu peux faire ce que tu veux, mais jamais tu me fera l'aimer ou avoir de l'empathie pour lui, c'est mort.

Niveau « Meh » donc. Ça passe si ça te dérange pas de te prendre des trucs raciste et transphobe dans la gueule et que tu veux pas voir un truc compliqué.

Avertissement de contenu : violence, mort (les deux traité sur le ton de l'humour), transphobie et racisme.

Le 3 Floréal 228.

Better Call Saul [Saison 1 & 2]

J'aime beaucoup cette série, je ne sais pas si c'est dû au fait que je connaisse déjà les persnnages ou à la quelité intrisèque de la série.

En tout cas je trouve le scénario intéressant, les personnages (principaux tout du moins) attachants et assez bien construits et les scènes (surtout de tension) bien réalisées.

En plus, on en apprends plus sur Saul et Mike, mes person préférés de Breaking Bad, donc forcément j'adore.

Avertissement de contenu : mort, torture, drogue, violence, et tout ce qui peut avoir un rapport avec les flics et les mafia.

Le 3 Floréal 228.

A Star is Born

Bon, déjà de base les films d'amour c'est pas spécialement mon truc, surtout quand c'est hétéro comme celui là. Donc je suis clairement pas la personne à consulter si vous voulez un avis un minimum objectif.

Dans l'ensemble j'ai surtout des soucis avec Jack : c'est un connard alcoolique et c'est tout. Certes il a des soucis (genre son audition qui part en couille et tout) mais je n'ai dévelloper aucune empathie envers lui durant le film.

De plus, c'est encore une relation qui commence de façon super malsaine pour moi, et c'est montré comme si c'était mignon, positif et romantique. Mais non. Rentrer dans la chambre de la meuf que t'as vu que deux fois pendant qu'elle dort pour la regarder dormir, c'est pas romantique ou mignon. Même si t'as dormi avec elle (chez toi, pas chez elle) une fois avant. Même si le père de la meuf t'as laissé rentrer dans la maison.

Et encore une fois, la meuf est choisie par le mec mais elle n'a pas le choix. C'est montré dans la mise en scène de cette façon en tout cas : il lui montre la bague et lui enfile, pas de demande, pas de possibilité de refus. Elle a juste a sourire et c'est tout, soit belle et tais-toi. Je ne dis pas qu'elle ne voulait pas de lui, ou qu'elle le voulait, on s'en fout là, ce qui importe c'est la façon dont c'est montré, ce que ça raconte en dehors de l'histoire des personnages. Et c'est pas beau ou sain pour être tout à fait honnête.

On dirait que je m'attarde sur un détail, mais pour moi au contraire c'est primordial : comment tu veux avoir une relation saine avec une personne alcoolique qui ne te donne pas réellement le choix de l'épouser ou non ?

Après si vous aimez ce genre de film il vous plaira sans doute, faut juste pas être allergique aux relations hétéros quoi.

Le 30 Germinal 228.

Old Boy

Ce film est… affreux. Il n'est pas mauvais, il y a des choix de mise en scène et un scénario qui m'ont touché (pas spécialement pour me faire du bien dans le cas du scénario, mais ce n'était pas le but de toute évidence.) Je précise que je parle bien de l'original coréen et pas du remake américain.

Le traitement des femmes m'a par contre énormément dérangé. Entre un délire de femme-enfant très malsain et le fait que les personnages féminins n'aient juste aucun avis à donner sur ce qu'on leur fait. Ce n'est pas exceptionnel pour le second point, certes, mais je l'ai particulièrement ressenti ici.

Je recommanderais donc aux personnes qui ont envie de découvrir un film qui est considéré comme un monument du cinéma, notamment d'action. Avertissement de contenu pour de la violence, du sang, de la torture, des amputations, du sexe et des relations cringes (vraiment), des aggressions sexuelles implicites et du bon gros sexisme des familles.

Le 14 Ventôse 228.

Mr. Pickles [saison 1]

J'ai pas grand chose à dire sur cette série pour être honnête, si ce n'est que je l'aime bien malgré le fait qu'elle soit objectivement horrible (torture, viol, etc). Elle est juste pas aussi horrible que ça, notamment c'est souvent les connards (nazi, violeurs, gros beauf) qui s'en prennent plein la gueule. Ça reste affreux, mais ça se rapproche d'un affreux que j'aime bien.

Avertissement de contenu : violence, viol, torture, etc.

Le 27 Février 228.

Man of Steel

J'ai pas vraiment envie de m'étendre dessus donc, en résumé, c'est très blanc, très masculin et très con. Très blanc parce que y a que deux perso racisés qui sont pas là juste pour la déco (c-à-d : qui ont des lignes de dialogues). Très masculin parce que y a pas deux non-mecs qui parlent entre eux à l'écran, le seul moment où deux perso féminins parlent y a une ellipse.

Et très con parce que le film passe sont temps à avancer des explications qui soit sont stupides (« j'ai mis l'ADN de millions d'individus dans les cellules de mon fils » alors… non… ça ne fonctionne pas comme ça l'ADN… alien ou pas…), soit sont démenties par le reste du film (l'atmosphère/lumière du soleil [ça dépends des besoins du scénario 🤷‍] qui donne sa puissance à superman mais par contre il peut aller dans l'espace sans problème, ou bien le gros méchant fachiste qui dit qu'il faut contrôler la pureté de la Race alors qu'il vit dans une société où les naissances sont contrôlées et faite artificiellement et où chacune et chacun a une place attribuée avant même sa naissance…). La meilleure restant la civilisation super avancée qui n'a qu'une seule et unique copie de son codex d'ADN qui est nécessaire à sa putain de survie. Très avancée mais surtout très, très conne.

Bref, ça passe autant qu'un Resident Evil en mode nanard avec des potes, sinon c'est juste nul.

Avertissement de contenu : sexisme, masculinité toxique, violence et mort.

Le 28 Nivôse 228.

Bright

C'est un film franchement cool, y a des orcs dedans. Sinon ça reste relativement classique dans le scénario on va dire. Le gros intérêt est surtout l'apport du merveilleux type LOTR dans un monde similaire au notre.

Dans les points positifs il y a un perso handi en fauteuil roulant qui a quand même une sacrée classe (bon il veut absolument être valide donc c'est pas non plus un point totalement positif question représentation), les deux protagonistes sont pas blancs (pour Nick c'est facile, c'est un orc, et pour Daryl c'est surtout que c'est will smith, donc un peu meh aussi). Sinon les musiques, chacune dans leur style, sont géniale je trouve. De même avec le générique d'ouverture qui a de magnifique peitures murales, qui montre bien le mélange des style entre notre univers et celui de la fantasy classique, et qui permet également d'avoir une super exposition.

En revanche en dehors du fait que c'est encore une fois des flics qu'on suit et qui sont gentils, y a surtout la masculinité toxique de Daryl qui me gave au plus haut point. Certes il dit « tu veux pas de moi comme ami » et « je prétend être un type bien, mais toi t'en est encore un », donc c'est pas un truc positif pour lui, mais c'est jamais vraiment remis en question. À aucun moment il ne dira à son partenaire qu'il l'apprécie ou aura un quelconque mouvement d'affection - même léger - envers lui. Nick suivra même son exemple au final, en partie seulement, mais c'est celui qui ne montre pas d'affection ouvertement qui a raison selon le film. Et ça c'est de la bonne grosse merde bien toxique.

Mais bon, il y a des orcs. Les orcs c'est la meilleure race du monde. Period. Je pense que des fanfic tirées de ce film pourrait permettre de tirer beaucoup plus de ce univers - qui est quand même la meilleure chose qu'on puisse tirer du film.

Avertissement de contenu : mort, gore, masculinité toxique, racisme, sexisme un peu.

Le 19 Nivôse 228.

Big Mouth [saison 3]

C'était très cool, on part beaucoup plus dans un délire fantastique je trouve. Ça parle un peu de transidentité, de pansexualité et de bisexualité (notamment au niveau des oppressions et des réactions des gens suivant si c'est une fille ou un mec qui l'est).

C'est une série que je trouve géniale, surtout pour celleux qui sont jeunes et qui vivent leur puberté. C'est clairement un truc que je recommanderais à mes gosses si j'en avais et qu'ils étaient en âge (12/14 ans). Mais comme j'en ai pas, je fais du forcing sur ma nièce. 🤷‍

Avertissement de contenu : sexe, situation cringe, allégorie (plus ou moins) d'aggression sexuelle, racisme et sexisme.

Le 14 Nivôse 228.

Désenchantée [saison 1]

C'est les simpson au moyen-âge quoi. C'est sympa, genre y a un couple de pédés et le comique repose pas du tout sur le fait qu'il sont pédés mais sur le fait qu'ils sont cons, entre autres (comme le reste des personnages en fait).

Par contre le scénario est en carton, quand y a læ méchant·e en entendrait presque la musique du méchant. C'est évident moins d'un épisode après son arrivé, sérieusement.

Et il n'y a pas de fin. C'est juste une connerie de cliffhanger à la con. Je déteste ça, non seulement rien, ou presque, n'est résolu, mais en plus ce qui était sensé être résolu ne l'est pas finalement.

C'est pas une mauvaise série non plus, si vous aimiez les simpson il y a quelques années (il y a dix ans donc, j'ai pas regardé depuis) ça devrait vous plaire.

Avertissement de contenu pour alcool, violence, mort et torture (dans un style un peu cartoon.)

Le 10 Nivôse 228.

Game of Thrones

J'aime l'univers, mais je continu de penser que c'est une mauvaise série. Il y a trop d'exposition sur toute la première saison, tout en cherchant à choquer læ spectateur·ice à tout prix ; avec des morts essentiellement, mais celles-ci n'ont aucun impact vu qu'on ne connaît aucun des protagonistes.

Au fur et à mesure des saisons, ça devient plus intéressant, au point où j'ai fini par regarder toute la série de mon côté — jusqu'à la troisième saison, je regardais la série parce que mon colloc' la regardait dans le salon.

Si vous arrivez à passer au delà de la première saison, y a des chances pour que vous aimiez le reste de la série. Sauf la dernière saison, les personnages ont une évolution — logique ou pas, c'est à vous de voir — très, très mal amenée, sans parler du nombre absolument aberrant d'incohérence physique dues au scénario (c'est-à-dire, la physique réagit au scénarium, et ne suit les règles de l'univers de la série).

Avertissement de contenu : meurtre, torture (graphique parfois), sexe, inceste, homophobie, psychophobie, misogynie sans doute, et truc dégueulasse digne de film d'horreur avec des morts-vivants.

Le 9 Nivôse 228.

Zombillenium

Et bah c'était très cool, on retrouve l'aspect graphique de la BD, les musiques sont vachement sympa, l'animation est bonne et l'histoire pas mal. Mais ça s'insère nulle part dans l'histoire de la BD, puisque le protagoniste est le même que dans la BD (même gueule, même monstre unique) mais avec une histoire différente et un nom différent. Ça reste néanmoins super cool, je recommande totalement.

Avertissement de contenu : monstre (genre zombie, évidement), mort, capitalisme sauvage.

Le 1 Nivôse 228.

Frozen 2

C'était sympa mais « gneugneu y a deux nouveaux couples et ils sont hétéros », mais bon on est habituæs et Elza a toujours pas de mec donc c'est un peu cool quand même.

En revanche le gros problème que j'ai c'est le délire mémoire de l'eau, il y a déjà plein de gens qui sont persuadés que la mémoire de l'eau existe alors je pense pas qu'en rajouter une couche soit utile. Il y aurait pu avoir d'autre raison pour faire avancer l'intrigue, ou moins ne pas utiliser ce terme, pour pas entretenir les croyances infondées qui font déjà assez de mal (coucou l'homéopathie).

Mais bon, c'était sympa quand même.

Le 25 Frimaire 228.

Full Metal Anarchist

Découverte de musique, essentiellement métal, punk, darksynth et assimilé. Donne parfois un avis construit, mais c'est assez rare.

Los[K]soS - Ska, punk & démagogie

Je suis pas très fan de ska en général mais j'avoue que ce groupe me fait reconsidérer mes positions sur ce genre. La musique balance et les paroles sont cool (ça parle de sujet pas cool en revanche, donc religion, mort, arme, et un peu tout ce qui va pas dans notre société), et tout est totalement libre (CC-BY-NC). Seul bémol, j'ai pas trouvé moyen de leur filer de la thune à moins de les voir en concert et d'acheter leur CD, même sur leur Bandcamp il n'y a pas de « prix libre », juste un téléchargement gratuit. Toutes les infos du groupe sont dispo sur leur site.

Mais bref, hésitez pas à écouter leur deux EP (un album est en préparation en ce moment, je vous tiendrais sans doute au courant).

Le 15 Vendémiaire 228.

X - Nails

Dans le genre trap metal – un genre de mélange entre black metal et rap — on a l'album Nails de X qui est vachement cool. Bien prenant avec des hurlements assez profonds, je recommande.

Leur Bandcamp.

Le 6 Vendémiaire 228.

Аркона - Слово

Avertissement de contenu : misogynie (Cliquez pour ouvrir)

Аркона est un groupe que j'aime beaucoup, et Слово est mon album préféré depuis que je l'ai écouté. Mais maintenant que j'ai mis la main sur le LP je me suis penché dessus plus sérieusement (parce que oui, la musique moi je l'écoute dans ma caisse ou en soirée en général donc je suis pas à fond dessus non plus).

Tout d'abord, j'adore les illustrations, particulièrement la principale et celle de la troisième partie de l'album. La première me fait pas mal penser au Guerrier à la croisée des chemins, un de mes tableaux préférés, donc forcément j'adore. Concernant la deuxième, elle dégage une impression de force sans avoir à montrer quoi que ce soit, contrairement à ce qu'on peut voir sur le LP The Triumph of Steel de Manowar avec des femmes en extase devant un mec qui a plus une carrure d'orc de Warcraft que.. bah que d'homme, le tout à poil. C'est un autre style (que j'aime bien aussi mais passons).

Maintenant le cœur du truc : la musique, bordel ! Toutes les musiques de cet album sont géniales putain. Elles réussissent toutes à faire passer des émotions, même malgré la barrière de la langue, ce que je trouve déjà pas mal. Mais ce qu'il y a de particulièrement sympa ici c'est que les pochette ne se contente pas de nous mettre les paroles en russe et puis nique ta race. Non, elles ont aussi des textes qui explique à ceux qui ne connaissent pas grand chose à la culture slave le sens de la chanson. Bon, c'est vrai qu'une traduction complète et pas seulement partielle aurait été un plus, mais au bout d'un moment y a plus de place.

Bref, grâce à ces textes, j'ai pu avoir confirmation de ce que cherche à transmettre Аркона au travers de sa musique. Ça parle de tradition, de mythologie, de combat, de nostalgie et de solitude dans un monde avec lequel le personnage n'est plus en phase. Personnellement, je me retrouve dans pas mal de leurs chansons, notamment Одна. Зимушка par exemple, que j'ai beaucoup aimé quand même, transmet un message avec lequel je suis en total désaccord, que ce soit sur les femmes qui sont des orphelines si elles n'ont pas de mari (alors qu'une femme c'est rien du tout, avec ou sans mari hein), ou sur le fait que un couple soit quelque chose de nécessaire dans une vie. Une mention spécial à Стенка на стенку qui me fait toujours penser à un gros Wall of Death, surtout depuis les concerts.

Du coup au final j'aime toujours autant cet album, mais maintenant je le comprends mieux. Et en plus j'ai appris des trucs sur les cultures russe et slave.

Le 19 Ventôse 226.

Licence Creative Commons

Accueil