Plus belle les sims

Sommaire

  1. Vestis Urban
  2. L'université ouvre ses portes
  3. Un fromage dans le genou
  4. Changelog

Vestis Urban

Il y a quelques années maintenant, Nathan et Jean ont adopté Stéphanie, et ils faisaient tout ce qu'ils pouvaient pour lui offrir le meilleur malgré leurs moyens relativement modestes. Nathan était journaliste dans un journal régional et parvenait à grimper lentement les échelons de sa branche, tandis ce que Jean était propriétaire du magasin de vêtements Vestis Urban qu'il parvenait à faire tourner tant bien que mal malgré sa taille réduite.

Malgré l'apparente pauvreté se dégageant de leur intérieur, le couple arrivait à néanmoins à rendre leur enfant heureuse. Elle semblait assez épanouie à l'école et elle avait quelques amis qui venaient parfois lui rendre visite après les cours pour passer du temps avec elle.

Un jour, une mystérieuse personne déposa une lampe étrange devant la porte de leur foyer. Lorsque Jean regarda de quoi il s'agissait, un homme à la peau violette apparu en prononçant ces mots : « Je vous écoute maître, vous avez trois vœux. »

L'université ouvre ses portes

La Faculté Normale de Gascogne ouvre enfin ses portes après des années de travaux et de financement par les vols impôts des habitantes. Elle est prête à accueillir tous les étudiants et étudiantes des alentours, pour leur offrir la meilleure éducation possible et leur permettre de faire de grande chose dans leur vie. Comme, par exemple, trouver un meilleur nom pour la prochaine université.

Parmi les premières têtes arrivant sur place, deux d'entre elles dépassent du lot. Sans doute à cause de leur chapeau pointu et de leur air enjoué. Il s'agit d'Estelle et Tristan Manchoulas.

Une sorcière riant d'un rire sardonique

Cette rieuse jeune fille rêve de devenir Ministre de la Justice et semble promise à un brillant avenir au sein de cet établissement. Ou peut-être pas. Après tout, je ne vois pas l'avenir. Son frère à des ambitions plus simple et terre à terre, il rêve de suivre les traces de son unique parent, Lissandre Manchoulas : être un sorcier maléfique dirigeant la pègre régionale d'une main de fer. Pour le premier point, c'était déjà le cas, il était le plus doué de sa famille sur la question de la magie maléfique. En revanche pour la question de diriger la pègre, il lui faudrait sans doute attendre la fin du règne de Lissandre, et lui survivre. Iel n'a pas d'affection envers son fils, pas de haine non plus, juste… iel s'en tamponne l'oreille avec une babouche. C'était aussi le cas pour sa benjamine, Estelle, jusqu'à récemment. Mais après l'avoir vu utiliser la magie ancestrale transmis par sa grand-mère pour créer un double d'elle-même et s'en servir pour tabasser un pauvre tape sur le trottoir devant chez eux, son estime pour sa fille est remonté en flèche. D'autant plus que le type en question était un collègue de Lissandre qui passait dire bonjour, et l'absence d'empathie était une chose qu'iel appréciait et respectait beaucoup, un signe d'une éducation de qualité.

Un fromage dans le genou

Peu de chose animait plus Damaris que la perspective d'aller à son travail. Rien d'étonnant quand on vit son rêve, et que son rêve consiste essentiellement à partir à l'aventure un peu partout sur le globe, voir même au delà. Pour le moment, elle était désamorceuse de bombe, un travail sous une pression constante mais très incroyablement satisfaisant.

Un jour, après une longue opération, elle et son équipe sont allé se détendre à un match de baseball en mangeant quelques hot-dog. L’évènement est difficile à résumer, le chaos, la panique, la foule… Je vais tout de même essayer. Elle était en train de croquer dans son hot-dog lorsqu'une annonce d'alerte à la bombe fut déclenchée, tout le monde est parti dans tout les sens, le stand de fromage fondu a explosé dans la panique, le stade a été recouvert d'une épaisse couche de fromage fondu et Damaris à été renvoyée à cause de l'intolérance au lactose de son supérieur. Ainsi se brisent les rêves. Elle n'avait même pas la force de supplier son chef de lui rendre son travail… ou bien elle était trop fière pour faire ça… difficile à dire.

Heureusement, le magasin de musique de sa moitié, Catheline, tournait convenablement. Elle s'était même permise d’agrandir le local récemment. De plus, les trois parasites adorables enfants qui partageaient leur maison allait enfin se barrer prendre leur envol vers l'université maintenant que celle-ci était enfin ouverte. La maison, et le couple, allait donc retrouver un calme qu'ils n'avaient pas connu depuis des décennies. En tout cas, jusqu'à ce qu'un·e des chiard revienne profiter d'elles enfants revienne leur tenir compagnie et les aider au magasin.

Changelog

Licence Creative Commons

Accueil