Cette maison avait dû être habitée par un adepte de low-tech au vu de la quantité de matériel informatique et mécanique, obsolète pour notre époque, qui était stockée dans l’atelier. Le tout était étrangement bien conservé d’ailleurs, vu l’âge avancé de tous ces composants. Ça allait du C64 à l’ancêtre de la souris en passant par ce que je pense être un lecteur de carte perforée. C’est vrai qu’à ce niveau là, parler d’antiquité n’est pas suffisant, même comme euphémisme. Une vraie caverne aux trésors pour qui veut fabriquer des gadgets en tout genre.

J’aime bien le principe de la low-tech personnellement, ça permet de retrouver un peu de pouvoir vis-à-vis de la technologie. On sort un peu de ce carcan de ceux-qui-savent contre la masse imbécile. Même si ce n’est pas non plus donné à tout le monde de comprendre le fonctionnement d’une bande magnétique ou d‘un ordinateur à lampe, ça l’est tout de même plus que de comprendre un implant neural ou un androïde. La technologie de nos jours est semblable à de la magie pour beaucoup, y compris pour moi. Et de la magie néfaste pour notre planète, notre santé et nos vies en général, par dessus le marché. Enfin, surtout l’usage qu’on en fait, que les gens derrière elle en font. Et la consommation monstre de cette technologie de pointe. Sérieusement, je suis seule à penser qu’un réacteur à fusion pour alimenter un seul androïde c’est un peu abusé ?

Le 2 Vendémiaire 229.